LIVE TCHAT
Un conseiller est à votre écoute
09 75 18 24 36
contact@secretdedame.com
Mon panier
Aucun article
0 article(s)
» Qui a inventé le porte jarretelle ?

Qui a inventé le porte jarretelle ?



Corset porte jarretelle blanc

Le porte jarretelles : Une invention... médicale et peu de succès

 

Le canular de Jacques Lob sur le porte jarretelles

 

Le porte ­jarretelles fait fantasmer les esprits ! Si bien qu'il circule des légendes à propos de son inventeur puisqu'on prêterait bien l'idée du joli dessous feminin à Gustave Eiffel ! Sans doute à cause de la similitude entre la dame de fer et la lingerie, mais il n'en est rien... Nous devons la légende à Jacques Lob dans un article de l'écho des savanes dans un numéro consacré aux dessous.

 

Ce qui aurait pu être une chouette rumeur mais qui n'en est pas une, c'est que le porte­jarretelle voit son ancêtre existant déjà 3000 avant JC, mais uniquement porté par les hommes !

 

Féréol Dedieu, veritable inventeur du porte-jarretelle : la praticité avant tout

 

Notre véritable inventeur, en 1876, du nom de Féréol Dedieu, eu l'idée de soulager les hommes et les femmes portant les fameuses jarretières, servant à tenir chaussettes et bas de soie, mais coupant la circulation sanguine entraînant gonflements et problèmes circulatoires plus graves.

 

Sa première version n'avait donc aucun but esthétique, mais médical, et il ne plaisait pas beaucoup dailleurs, il consistait en une bande reliant deux elastiques permettant de maintenir les bas sans comprimer les jambes. C'est les anglaises en 1893, avec la mode du Corset qui mettront le porte-­jarretelle au goût du jour !

 

L'évolution du porte-jarretelle : Révolution, féminisme et séduction

La révolution du dessous

 

Les dessous à l'époque sont loin de ce que nous connaissons aujourd'hui, et le porte-jarretelle depuis Dedieu a du trouver chez les anglaises puis chez les autres femmes de quoi se faire apprécier.

C'est en fait le corset, puis le serre-­taille qui lanceront la mode de cette ceinture à bandes maintenant les bas !

 

On commence donc avec une lingerie lourde et couvrante, voire comprimante pour le corps avec les corsets traditionnels à lacets, pour petit à petit se diriger vers des dessous plus minimalistes, en passant par le serre-­taille, dans un premier temps très rigides, pour en arriver à ceux que nous connaissons aujourd'hui, dans des matières souples et sans baleines rigides.

 

Enfin, dans les années 1930, la lingerie féminine consiste en 3 parties : le soutien-­gorge, la culotte et le porte-jarretelle. On peut notament le voir dans l'influence qu'a eu Marlène Dietrich dans le film de Joseph Von Sternberg L'ange bleu, provocante et séduisante, annonçant une nouvelle ère de liberté pour les femmes, qui se manifeste dans la mode.

 

On connait tout de même une periode moins joyeuse pour le porte ­jarretelles pendant la guerre, à cause de la pénurie de bas, le nylon servant à la confection des toiles de parachutes entre autres.

 

Mais la victoire et l'arrivée des chewing gums et des pinups américaines ne feront que rebooster le succès du dessous ! Les créateurs s'en donnent à coeur joie en produisant de superbes collections en y ajoutant couleurs, motifs et matières sexy et féminines !

 

 

Le porte jarretelle : Symbole de soumission...

 

De la fin des années 1950 jusqu'en 1980, le porte- jarretelles va vire des années difficiles, mais qui seront utiles à l'avancée du rôle des femmes dans la société. Le collant, mini-révolution, proposé à des prix de plus en plus bas et de plus en plus fins permet de porter la fameuse mini­jupe arrivant elle aussi dans les préférences des françaises ! La femme se sent libre de bouger, n'a pas peur de ne plus tenir en place !

 

Dès la fin des années 60, avec l'arrivée du pantalon et la portée du féminisme qui brule les soutiens­ gorge comme symboles d'oppréssion maculine, le porte-­jarretelle disparaît, se voyant catégorisé comme accessoire de filles et femmes aux moeurs légères, prostituées ou soumises aux désirs de l'homme.

...puis d'émancipation, voire de provocation

 

Depuis les années 80, des créateurs comme Chantal Thomas ont remis le porte ­jarretelles au goût du jour en proposant des collections raffinées, élégantes et sensuelles. La lingerie devient une arme de séduction pour les femmes, et un choix.

 

Ces collections contribuent à donner sa noblesse au porte-­jarretelle, qui d'utilitaire est devenu un véritable objet de fantasmes et un symbole fort de la femme fatale.

 

La mode du porno chic et du néo-burlesque ne cessent de mettre cette pièce lingerie en vedette et plus que tout le porte-jarretelle est devenu symbole de femme affirmée, très élégante et terriblement séduisante.

 

Nous vous recommandons
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris